Les notes boisées : une promenade parfumée

Les notes boisées sont présentes dans presque tous les parfums : découvrez pourquoi ces notes puissantes et chaleureuses sont autant appréciées

Nous vous avons déjà présenté dans un article précédent les 7 familles olfactives dans lesquelles sont classés tous vos parfums. Parmi elles figure une catégorie aux notes chaudes, résineuses, humides ou même fumées. Il s’agit de la grande famille des boisés qui concerne une très large majorité des fragrances. Ses notes apportent élégance, sophistication et beaucoup de caractère à leurs compositions. Comme une balade en forêt, laissez-nous vous emmener à la découverte des secrets des notes boisées. 

Les notes boisées, pilier de la parfumerie ?

Depuis l’Antiquité, le bois est un matériau odorant plébiscité. Des peuples avaient déjà pour habitude de faire brûler des copeaux de bois et de la résine lors de rituels religieux. Dans certaines croyances, le santal apporte bien-être et apaisement. Au Moyen-Orient le cèdre est un arbre vénéré, dont le bois sacré aurait servi à la construction des jardins suspendus de Babylone.

Les notes boisées sont toujours très appréciées et sont même considérées comme la « colonne vertébrale » des parfums. Avant de devenir une famille olfactive à part entière, elles servaient de fixateur. Elles constituaient ainsi la charpente olfactive sur laquelle les autres notes de la composition s’appuyaient. Depuis de nombreuses années maintenant, il devient rare de trouver des fragrances sans aspect boisé. On retrouve ces accords dans plusieurs sous-familles olfactives comme les boisés aquatiques, les boisés aromatiques ou encore les boisés floraux, épicés ou chyprés.

Des parfums iconiques

La première création boisée à faire vivre ces notes audacieuses est Vétiver de Carven en 1957.  Un parfum masculin créé par Madame Carven pour que son mari porte une fragrance à la fois fraîche et délicate. Le vétiver s’associe à de la lavande et à des extraits d’absinthe pour lui donner un effet « peau d’homme ». La célèbre Gabrielle Chanel et son parfumeur Ernest Beaux ouvriront ensuite la voie au premier boisé féminin. Sorti en 1962, Bois des Îles est loin des standards de l’époque. À l’image de Coco, cette fragrance mélange des notes féminines et masculines. Le santal de Myosore s’accorde avec des fleurs opulentes et des notes plus fruitées de pêche.

Les notes boisées, qu’est-ce que c’est ?

Les notes boisées proviennent des huiles essentielles de la mousse et du bois des arbres. Ces huiles végétales peuvent aussi s’extraire sur des plantes comme pour le patchouli et le vétiver. Cette grande famille olfactive se divise en plusieurs sous-catégories :

  • les bois ambrés : ils regroupent des matières synthétiques à la senteur boisée et à des notes ambre gris comme le palissandrol, le cashmeran ou le boisambrène. Ce sont des odeurs complexes mais multiples, très puissantes. Elles se caractérisent par des nuances vétiver, cèdre ou patchouli dont l’odeur évoque celle du tabac. Les parfumeurs utilisent généralement les bois ambrés comme fixateur.

  • les bois mousses : le lichen, ou la mousse, est un ingrédient entre l’algue et le champignon que l’on retrouve sur le tronc des arbres. Il s’agit d’une matière phare de la parfumerie. L’absolue de mousse de chêne, qui peut provenir de plusieurs types d’arbres, évoque à nos nez des souvenirs de promenades en forêt. Très utilisée aujourd’hui, la mousse d’arbre est également le pilier d’une autre famille olfactive, celle des chypres.

  • les humides : les bois humides rappellent les senteurs des sous-bois, encore gorgés d’humidité à l’aube. C’est la racine de vetiver qui produit une nuance terreuse, humide, voire fumée. Il s’agit là aussi d’un grand classique des notes boisées qui donne une facette apaisante et fraîche à une composition.

  • les fumés : les parfumeurs utilisent beaucoup le bois de gaïac dans les fragrances boisées. Il s’agit d’un arbre que l’on retrouve au Paraguay. Son essence est chaude, fumée et se rapproche des notes cuirées.

  • les résinés : les arbres produisent directement la résine par exsudation naturelle ou par incision du tronc. Très appréciée des parfumeurs, la résine s’utilise comme lien dans les compositions. Parmi les plus plébiscitées on retrouve le ciste-labdanum ou encore le benjoin. Leurs notes boisées, épicées et balsamiques apportent aux fragrances boisées rondeur et intensité.

  • les secs : le cèdre et le vétiver peuvent avoir une facette sèche, terreuse, parfois même poussiéreuse.

Les matières premières des notes boisées

Les bois naturels

Lorsque l’on parle de bois en parfumerie, les notes les plus représentatives sont le cèdre, le santal, le patchouli ou encore le vétiver.

  • Le santal est utilisé depuis l’Antiquité avec son parfum aux vertus mystiques. Il apporte à une composition un aspect crémeux, velouté pour un jus sensuel et chaleureux. On le retrouve dans notre parfum ïōdé au cœur d’une note de fond à la fois boisée et ambrée. 

  • Le cèdre est plus sec, fusant. Son odeur évoque celle du crayon à papier tout juste taillé et il apporte à toute composition de la tenue et du caractère.


  • L’essence de vétiver provient des racines de la plante et s’utilise d’abord en tant que fixateur. Le monde de la parfumerie reconnaîtra ensuite ses nombreuses qualités olfactives pour en faire un des ingrédients de base des jus boisés pour ses notes terreuses, végétales, vibrantes. L’essence de vétiver d’Haïti confère à notre fragrance alõ des nuances vertes, apaisantes et revigorantes.
  • Le patchouli est un ingrédient culte de la parfumerie. Il transporte n’importe quelle composition vers des notes chaudes et voluptueuses. Carrément Belle a voulu mettre à l’honneur cette matière première dès ses débuts avec la création de l’éternel ippi patchouli, où elle révèle ses notes terreuses et résineuses dans une fragrance qui rend hommage à la génération du flower power. Il illumine également la composition de kilim, où l’essence de patchouli d’Indonésie s’accorde à des notes fleuries, sucrées et épicées, pour un parfum résolument oriental.

Mais il existe une multitude d’autres matières premières aux notes boisées comme la mousse de chêne, le bouleau, le pin, le oud, le bois de Gaïac…

Les bois de synthèse

Toutefois, les bois naturels ne sont pas les seuls à avoir une place de choix dans vos parfums. Aujourd’hui les bois de synthèse, ou bois modernes, sont également plébiscités pour apporter une plus grande richesse olfactive à ces notes. On pense notamment à l’évernyl, une molécule de synthèse qui reproduit l’odeur de mousse, ou encore à l’ambremax : un bois ambré à la facette cuirée.

Longtemps identifiée comme une famille olfactive masculine, les boisés s’envolent maintenant dans des compositions féminines pour leur apporter une touche d’audace. Grâce à la créativité et à la recherche des créateurs de parfum, de nouveaux bois entrent dans le monde la parfumerie comme le bois de teck, l’ébène, le noisetier ou encore le palissandre. Les notes boisées ont donc encore de longs et beaux jours parfumés devant elles, pour notre plus grand plaisir ! Et si vous êtes superstitieux, dites-vous qu’il y a de bonnes chances pour que vous touchiez du bois chaque matin en vous parfumant…

Les notes boisées font-elles partie de votre rituel parfumé ? 

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *