Les secrets de fabrication des bougies parfumées

Découvrez les secrets de fabrication des bougies parfumées Carrément Belle

Quand le froid se fait ressentir, l’envie de rester au chaud à la maison ne cesse de grandir… Ça tombe bien, on a ce qu’il faut pour réchauffer l’ambiance ! Autrefois fonctionnelles, les bougies font désormais office de parfum d’intérieur et d’objet de décoration. Mais derrière leurs jolis pots en verre se cachent un travail minutieux et une véritable expertise… Découvrez les secrets de fabrication des bougies parfumées Carrément Belle !

Tradition et savoir-faire

La bougie est un produit issu de la tradition des ciriers, à l’origine réservée à l’usage religieux. Cet objet noble est empreint d’une certaine part de mystères et de symboles, et retranscrit plusieurs siècles d’histoire ! La fabrication des bougies parfumées artisanales s’est considérablement enrichie de nombreuses innovations à travers le temps.

La passion et l’exigence du cirier se vérifient tout au long du processus de fabrication. Créer une bougie 100% française, c’est avant tout faire confiance à des artisans dont le savoir-faire et les gestes minutieux s’expriment au quotidien, hérités d’un art ancestral et unique. Cela donne à cet objet façonné par la main une part d’humanité, pour vous procurer des heures de bonheur. Comme toujours, nous avons fait attention à tout pour le plus grand plaisir de vos yeux… et de vos narines !

Les 3 ingrédients d’une recette réussie

Nous comptons plusieurs ingrédients essentiels à la fabrication des bougies parfumées. La qualité et la concentration du parfum, le savoir-faire du cirier, le choix de la cire et de la mèche, un joli pot en verre rempli d’histoires et un conditionnement réalisé avec soin sont indispensables.

Le parfum

Ingrédient phare de nos bougies parfumées, le parfum est fabriqué à Grasse par notre parfumeur historique. Le même qui s’occupe de la production de vos eaux de parfum et vos purs parfums. Afin que l’odeur de votre bougie soit fidèle à celle de votre fragrance de peau, le Nez effectue un travail d’adaptation primordial.

Le choix et le contrôle des matières premières, ainsi que leurs modes de traitement, constituent une étape clé dans la fabrication des bougies parfumées. Chacune réagira d’une façon différente à la chaleur. Un long travail de mise au point est nécessaire pour parvenir à l’équilibre et à l’harmonie parfaite. Laurent, notre parfumeur, vous explique tout ce processus dans une interview inspirée ici !

Une fois la formule testée et approuvée, chaque bougie sera hautement concentrée en parfum, qui constitue 10% de la bougie. Vous pourrez alors profiter intensément de l’effluve de votre fragrance tout au long de la combustion de la bougie…

La cire

Nous confions ensuite le parfum au savoir-faire de notre cirier, à quelques kilomètres dans le pays Grassois. La cire est un matériau noble et délicat dont il faut prendre soin ! Pour avoir un rendu olfactif optimal, nous avons opté pour un mélange de cires naturelle et minérale. Un secret bien gardé par notre cirier… Le point de fusion de la cire est bas pour lui permettre de se liquéfier plus rapidement et vous faire profiter de son parfum dès les premiers instants.

En chauffant, la cire se liquéfie progressivement et se consume de façon régulière (quelques conseils carrément simples pour éviter les cratères disgracieux). Vous pourrez alors profiter d’environ 45 heures de brûlage, de quoi faire quelques siestes parfumées et reposantes à souhait !

Le mèche

Pas de fumée sans feu et pas de combustion sans mèche ! Élément indispensable de votre bougie, la mèche est en coton tressé. Les mèches réagissent différemment selon les parfums ou la taille du verre. Elles sont donc étudiées, testées et sélectionnées spécialement pour notre pot, afin de dégager le minimum de fumée et de suie et pour durer longtemps, jusqu’à la dernière goutte ! Une fois tressées, elles sont fixées à un petit support métallique et placées manuellement une à une dans nos pots en verre.

La fabrication des bougies parfumées : un processus minutieux

Nos trois ingrédients de choix réunis, il faut désormais les assembler pour créer la bougie qui embaumera votre intérieur. Mais là encore, le processus est long et minutieux !

Les tests

Tout au long du processus de fabrication, le parfum, la cire, les mèches et le produit final sont testés et vérifiés. Puisque nous recherchons l’harmonie parfaite entre tous ces ingrédients, il est souvent nécessaire de retravailler certains aspects pour obtenir le résultat attendu. On contrôle la qualité de la cire, son aspect, la qualité du brûlage, la tenue de la mèche, la diffusion du parfum, les notes qui s’en dégagent… Tous nos partenaires testent leurs produits à chaque étape et les membres de la Carrément Belle équipe jouent aussi les cobayes. Voici quelques exemples de tests et de points de contrôle effectués avant, pendant et après la fabrication des bougies parfumées :

  • Résistance à la chaleur, point de fusion et déformation
  • Le taux de suie
  • La mèche, son diamètre et son tressage
  • Test de combustion : comment se comporte la mèche lorsqu’elle est allumée
  • Test diffusion du parfum : sa couverture olfactive aussi bien à chaud qu’à froid
  • La compatibilité entre la cire et le parfum
  • Test de non-adhérence au contenant, liquéfaction de la cire chauffée

Cire et parfum : un mélange harmonieux

Lorsque la formule est finalisée par le parfumeur et après plusieurs tests olfactifs, l’artisan cirier peut débuter son travail de fabrication. Rendez-vous donc au fondoir, là où la cire va prendre forme. Les différentes cires, alors sous forme solide en petits cubes ou en paillettes, sont fondues une à une puis mélangées. Chaque cire étant différente, chacune aura un point de fusion variable, c’est pourquoi elles sont introduites dans le fondoir avec soin. L’artisan cirier contrôle minutieusement la température pour obtenir une consistance parfaitement homogène.

Arrive alors l’étape cruciale, celle où l’on va parfumer la cire. Pour cela, la cire obtenue précédemment est chauffée à une certaine température pour la rendre liquide. On incorpore alors le parfum à l’état liquide. Les deux éléments se mélangent avec délicatesse dans une grande cuve équipée d’un agitateur, maintenue à une haute température pour éviter que le mélange ne se fige durant la fabrication. Les matières s’harmonisent dans une Carrément Belle osmose !

Lorsque le cirier veut créer une nouvelle cire parfumée, il nettoie cette cuve avec de la cire vierge, montée à haute température pour préserver le parfum de chacune d’entre elles, sans aucune perturbation olfactive.

Pour garantir une meilleure qualité, c’est la veille de la production que les différents éléments qui composent la cire sont mis à fondre progressivement durant toute la nuit. Le parfum se mélange à la cire quelques minutes seulement avant la coulée pour en préserver toutes les propriétés odorantes.

Les mèches, le coulage et les finitions

Avant de couler la cire dans les pots en verre, chaque mèche est posée une à une dans les contenants. L’artisan utilise de la cire vierge non parfumée pour faire adhérer le support métallique au pot et ainsi coller la mèche. La cire parfumée est alors coulée une première fois à mi-hauteur du pot, puis la mèche est redressée à la main avant de couler une seconde couche de cire. Cette technique permet à la mèche de rester bien droite, offrant une fonte uniforme tout au long du brûlage.

Les bougies sont ensuite placées sous une hotte aspirante pour retrouver une température plus basse et se solidifier totalement. La couleur de la cire devient naturellement blanche en figeant. Lorsque le contenu de la bougie a durci, on vient aplanir sa surface pour un rendu plus esthétique.

Après 24H de refroidissement de la cire, on nettoie les pots. Les mèches sont enfin coupées à la bonne hauteur par des mains bien attentionnées. Une habitude à prendre systématiquement avant d’allumer votre bougie : toujours couper et nettoyer votre mèche pour qu’elle mesure 5mm environ afin de bien l’entretenir !

La Carrément Belle touche

Alors après toutes ces étapes, vous vous dites sûrement que cette fois la bougie est enfin terminée ! Et bien pas tout à fait…

Des bougies sur leur 31

Nous attachons beaucoup d’importance au parfum bien sûr, à la qualité de la mèche et de la cire pour vous garantir un plaisir olfactif. Mais une bougie c’est aussi un véritable objet de décoration, à collectionner et à réutiliser de mille façons ! Un autre partenaire français joue alors un rôle important pour habiller les pots des bougies : le sérigraphe. C’est lui qui va apposer, minutieusement, le décor sur chaque écrin en verre. Un design différent pour chaque senteur, qui cache des histoires parfumées à découvrir ici !

Pour que la sérigraphie tienne dans le temps, les pots sont passés dans un four spécial et cuits à environ 600°C. La peinture est ainsi fixée à son écrin, avec une belle brillance et des motifs fins et délicats. Vous pourrez donc nettoyer votre pot comme il se doit pour lui donner une seconde vie, sans craindre que son décor ne s’efface.

Notre marque de fabrique, le conditionnement à la main

La fabrication des étuis de nos bougies parfumées

Pendant ce temps là, d’autres mains expertes façonnent et assemblent délicatement les étuis qui renfermeront vos précieux écrins. Une encre métallique cuivrée, une dorure à chaud argentée pour donner de la brillance et du relief aux éléments les plus importants et voilà : emballé c’est pesé ! Les bougies sont finalement acheminées jusqu’à notre atelier pour être conditionnées avec amour et vérifier une dernière fois que tout est parfait avant de les mettre au chaud dans leur étui.

Au total, une quinzaine de personnes interviennent uniquement sur la fabrication des bougies parfumées Carrément Belle. Une passion partagée pour une bougie de grande qualité ! Et vous, laquelle allez-vous faire brûler ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *