Tour du monde olfactif : le parfum d’Océanie

Le parfum en Océanie est fortement lié à une végétation où fleurs, herbes et bois odorants poussent à profusion

Après avoir parcouru l’Asie, l’Amérique du Sud, l’Afrique ou encore le Moyen-Orient, notre tour du monde olfactif se poursuit de l’autre côté de la planète. Cette fois, nous posons nos valises sur un continent aussi mystérieux qu’envoûtant à la découverte du parfum en Océanie. Derrière cette destination de rêve aux paysages aussi variés que parfumés, nous partons pour un voyage riche en découvertes. Entre secrets de beauté des Vahinés, recettes ancestrales et ingrédients aux mille vertus, laissez-vous transporter au cœur de ces odeurs atypiques et exotiques.

Sur la route du parfum d’Océanie

L’Océanie est une région du monde que l’on a souvent tendance à considérer comme un continent à part entière. Nichée au milieu du Pacifique Sud, elle possède un visage aux nombreuses facettes. Composée de 16 pays, dont l’Australie, la Nouvelle-Zélande ou encore la Polynésie, ce continent représente un archipel de plusieurs milliers d’îles, grandes ou petites. Les écosystèmes comme les traditions sont extrêmement variés d’un pays à l’autre, d’où la richesse de cette région. Une richesse qui s’exprime aussi dans la relation au parfum qui témoigne de nombreux rites et évolue au fil des saisons.

Une terre propice

L’Océanie renferme des richesses encore très peu exploitées. En effet, c’est une région du monde fantastique pour son écosystème marin et sa flore. Mais de nombreuses espèces attendent encore d’être étudiées. Par exemple, l’Australie s’étend sur presque 8 millions km2, pourtant seulement 3% des variétés végétales sont utilisées. Les plantes furent les premières à coloniser les îles du Pacifique, emportées par les vents et les oiseaux depuis l’Asie du sud-est. Grâce à des terres fertiles, elles sont parvenues à envahir toute l’Océanie. Depuis que les Hommes se sont installés dans cette région, ils ont pu profiter d’une végétation luxuriante à des fins médicinales, alimentaires ou encore pour des rites mystiques. En Nouvelle-Calédonie, la littérature ancestrale affirme ainsi que l’Homme viendrait des plantes. Un lien très fort entre l’Homme et le végétal qui utilisera la nature pour ses incroyables vertus et sa formidable palette d’odeurs.

Un voyage olfactif et gustatif

Notre périple à la découverte du parfum en Océanie débute dès le petit-déjeuner, par une odeur sucrée qui vous chatouille déjà le nez. C’est celle de la Vegemite, une pâte à tartiner dont raffole les australiens, au goût salé et amer, entre le bouillon cube et la sauce soja à ce qu’il paraît… Assez inhabituel pour nos palais européens ! Changement de décor ensuite sur l’île de Kangaroo Island où flotte un parfum de Provence familier. Ici, des champs de lavande s’étendent à perte de vue et des petites distilleries produisent leur propre huile essentielle.   

Notre chemin continue vers la Nouvelle-Zélande dans la ville de Roturua. Plongée dans une brume épaisse du matin au soir, la cité géothermale est connue pour ses bains de boue et ses sources chaudes. Il faudra cependant vous habituer à l’odeur « d’œuf pourri » qui imprègnera votre nez, provenant du souffre qui s’échappe des geysers. Une odeur désagréable qui vous suivra dans toute la ville, pour finir par se mélanger à celle des hangi, barbecue maori chauffé aux pierres volcaniques.

Le voyage s’achève en Polynésie. Vous ne pourrez pas passer à côté de l’or noir de Tahiti : une vanille unique et puissante, qui ne pousse que dans certaines îles. Elle régalera nos narines de ces notes aromatiques mais aussi nos papilles dans toute sorte de dessert. Au marché de Papeete, les étals de fruits multicolores et odorants vous tendront les bras. Bananes, papayes, noix de coco, ananas, citrons verts ou mangues… Vous aurez l’embarras du choix !

À gauche, la Vegemite, la pâte à tartiner préférée des australiens, ensuite le lac Roturua en Nouvelle-Zélande et à droite un étal de fruits au marché de Papeete.

L’utilisation du parfum en Océanie

Entre traditions et modernité

Aujourd’hui encore, le parfum en Océanie a une fonction de médiateur entre le monde des vivants et celui des ancêtres. Les compositions et les recettes parfumées se transmettent souvent de génération en génération et témoignent de savoir-faire ancestraux. Sur l’île de Wallis, à mi-chemin entre la Nouvelle-Calédonie et Tahiti, un parfum de « grand-mère » se réinvente avec la nouvelle génération. Ce parfum c’est celui du Tuitui. À l’origine il s’agit de racines de vétiver que l’on fait macérer dans de l’eau de Cologne. Aujourd’hui, de jeunes parfumeurs se réapproprient cette vieille recette pour la moderniser.

Un autre témoignage de modernité est apparu après la crise du santal d’Inde dans les années 70 due à la déforestation. Quelques investisseurs ont alors fait le pari d’implanter le santalnum album en Australie. C’est d’ailleurs « l’explorateur olfactif » Stéphane Picart, qui a contribué à ce que cette culture s’inscrive dans une démarche équitable. En collaboration avec des ONG et les aborigènes, ils garantissent le respect et la protection des petits producteurs. Le santal d’Australie est tout aussi lacté et boisé que son voisin d’Inde. Il dispose toutefois d’un côté plus brut et rugueux.

Monoï et tiaré, le secret parfumé des Vahinés

Impossible de parler du parfum en Océanie sans aborder l’emblème de la Polynésie, de Tahiti mais aussi des Îles Cook : la fleur de tiaré. Elle s’invite partout : dans les avions des compagnies locales, sur les devantures de boutiques, dans les colliers de fleurs pour accueillir les touristes… Originaire des côtes montagneuses du Pacifique Sud, cette fleur aux pétales blancs symbolise l’art de vivre tahitien. Également appelé gardenia tahitensis, le tiaré est un pilier des coutumes polynésiennes. On l’utilise dans la confection de la coiffe traditionnelle, le horo. La fleur fait également partie intégrante des nombreux rituels mystiques de filtres d’amour ou encore de bouquets aphrodisiaques.

La rencontre entre la fleur de tiaré et l’huile de coco a fait naître une huile sacrée, le monoï. Utilisé comme parfum, huile de massage ou de soin ou encore remède miracle, l’élixir est présent dans la vie de tous les tahitiens. Pour le fabriquer, la fleur se cueille alors qu’elle n’est encore qu’un bouton. On la fait ensuite macérer dans de l’huile de coprah. Le parfum crémeux et suave de la fleur s’extrait doucement et se mêle à la douceur de l’huile issue de la coco. Le monoï a su traverser les frontières depuis les années 70 et a conquis les femmes occidentales durant une période de libération sexuelle. Son parfum sensuel et exotique n’a pas fini de séduire…

Les matières premières emblématiques

Le parfum en Océanie ne se résume pas qu’à la fleur de tiaré et aux fruits exotiques. Ces terres fertiles abritent un écosystème très riche, qui regorge de matières odorantes et inspirantes pour tous les parfumeurs. Dans cette région lointaine, fleurs, herbes et bois odoriférants poussent à profusion.

Le cyprès bleu

Le cyprès bleu (callitris intratropica) est un conifère que l’on retrouve majoritairement en Océanie, en Australie notamment au nord du pays dans le Queensland mais aussi parfois en Nouvelle-Calédonie. Selon la saison, il peut s’habiller d’une couleur bleu indigo. Il est considéré comme un vestige de la végétation du Gondwana, un continent existant à la période du Jurassique. Les aborigènes l’utilisaient déjà pour ses propriétés calmantes et rafraîchissantes. Les parfumeurs peuvent employer son huile essentielle dont l’odeur est boisée, subtile, avec des notes mentholées et légèrement fumées.

Le boronia d’Australie

Le boronia est une fleur que l’on retrouve en Australie, elle est cultivée dans le sud-ouest du pays pour la fabrication d’huile essentielle à la senteur citronnée et épicée. Cet arbuste au feuillage odorant abrite des petites fleurs en forme de clochettes. Il existe de nombreuses variétés de cette plante mais c’est le Brow Boronia ou boronia megastigema qui est le plus souvent utilisé en parfumerie. L’absolue de boronia est l’une des rares matières premières naturelles à contenir des ionones. Son odeur est fleurie aux notes subtilement fruitées, et aux facettes boisées. Les nuances du boronia peuvent faire penser à celles de l’osmanthus. L’absolue de Boronia est utilisée dans la parfumerie fine et se retrouve généralement dans des accords chyprés ou fougères. Il s’agit d’une matière première très onéreuse.

L’eucalyptus

L’eucalyptus est originaire d’Australie et il est l’un des ingrédients phares des accords aromatiques en parfumerie. Cet arbre à la croissance très rapide domine environ 95% des forêts du pays, avec plus de 600 espèces différentes. Le feuillage et les rameaux de l’eucalyptus sont très odorants. On extrait à la vapeur une huile essentielle utilisée depuis très longtemps en parfumerie et en aromathérapie. L’eucalyptus apporte une note de fraîcheur à une composition et une tonalité dynamique.

Ainsi s’achève cette escale exotique ! Dans un mois, rendez-vous pour notre prochain voyage olfactif…


Découvrez nos fragrances

Pack Découverte
Pack Découverte
Testez nos parfums
15€
les eaux de parfum
Les eaux de parfum
50ml et 100ml
dès 35€
Les purs parfums
Les purs parfums
50ml
70€

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *