Tour du monde olfactif : le parfum d’Amérique du Nord

Le parfum d'amérique du nord s'inspire largement de la parfumerie française mais a su développer sa propre histoire

Depuis plusieurs mois, nous explorons les 4 coins du monde pour décrypter les traditions et les ingrédients parfumés de toute la planète, ou presque. Après notre dernière escale exotique en Océanie, nous voulons vous emmener à la découverte du parfum d’Amérique du Nord. Si a priori la parfumerie outre-Atlantique vous semble plutôt similaire aux usages européens, vous allez vous rendre compte que son histoire est pourtant assez différente. Androgyne ou à la sexualité exacerbée, le parfum made in America a marqué son époque. Il a bousculé les codes de la parfumerie depuis ces 50 dernières années.

Sur la route du parfum d’Amérique du Nord

Des paysages aux mille facettes

L’Amérique du Nord est un sous-continent de l’Amérique, qui peut être considéré comme un contient à part entière au vu de sa surface. Il regroupe plusieurs pays dont les États-Unis, le Canada et le Groenland. Des chutes du Niagara au désert White Sands au Nouveau-Mexique en passant par les terres arides de Monument Valley, l’Amérique du Nord possède une multitude de visages, de climats, et d’espèces végétales qui sont loin d’être toutes exploitées. L’écosystème nord-américain est d’ailleurs l’un des plus variés du monde. Une véritable richesse naturelle qui inspire les parfumeurs depuis de nombreuses années.

Un voyage olfactif et gustatif

Notre périple olfactif à la découverte du parfum d’Amérique du Nord débute avec les effluves puissants d’une cannelle un peu chimique. Des cinnamon rolls, brioches tressées à la cannelle, aux chewing-gums jusqu’aux pots-pourris pour parfumer les boutiques… La cannelle est très présente. Les américains l’aiment tellement qu’ils en mettent un peu partout, dans les desserts, leur intérieur ou comme topping sur leur café ! Loin de ces odeurs sucrées, le voyage continue sur les plages de la Côte Ouest. La brise marine du sol chaud californien se mélange à l’odeur anisée et boisée des séquoias géants.

Toujours guidé par notre nez, nous continuons de découvrir le parfum d’Amérique du Nord au Canada. Dans la la forêt canadienne, chaque arbre est raconté à travers une senteur. Au détour d’un lac, nous pénétrons dans une cabane à sucre, d’où émane la senteur chaude et réconfortante du sirop d’érable. Impossible de ne pas goûter à la tire d’érable, une sorte de sucette délicieusement sucrée créée lorsque le sirop chaud est placé sur la neige.

Nous terminons ce périple par une note acidulée et agrumée dans les fermes d’orangers d’Orlando. Oranges, pamplemousses ou encore kumquats, vous trouverez toute sorte d’agrumes en Floride.

De gauche à droite, le désert White Sands au Nouveau-Mexique, la forêt nationale de Sequoia en Californie et la tire d’érable dans une cabane à sucre au Canada.

L’utilisation du parfum en Amérique du Nord

La naissance de la parfumerie américaine

Du bling-bling au très épuré, le parfum d’Amérique du Nord a connu tous les extrêmes ! Pourtant l’histoire de la parfumerie américaine est très récente, puisqu’elle remonte au début du XXe siècle. À cette époque, le parfum français est le comble du raffinement et de l’élégance. Les américaines n’ont d’yeux (et de nez) que pour Gabrielle Chanel et ses créations audacieuses. Elles représentent selon elles le luxe absolu et l’image d’une femme libérée. Si dès les années 30, le rêve hollywoodien et leurs séduisantes actrices inspirent les parfumeurs français, il faudra attendre les années 50 pour que la parfumerie américaine commence à s’émanciper de sa cousine parisienne. En plus de s’affranchir, les parfumeurs vont réellement bousculer les codes établis jusqu’alors.

Le précurseur du parfum d’Amérique du Nord

C’est ainsi que né Youth Dew, d’Estée Lauder en 1952. Il s’agit d’une huile de bain parfumée, concentrée à 70% à l’origine, un record ! Ce parfum contraste avec la légèreté florale des fragrances européennes. Il est puissant, voire exubérant, avec ses notes orientales chaudes et épicées. Face à son succès, il est rapidement devenu un parfum à part entière. Ce précurseur ouvrira ensuite la voie à d’autres grands succès made in USA comme Giorgio Beverly Hills où les fleurs blanches font une démonstration de force. Ces premières fragrances n’hésitent pas à afficher leur richesse et leur opulence, à l’image d’une classe aisée qui aime se parfumer et se montrer.

Parfums puritains

À la fin des années 80, et le début des ravages provoqués par le sida, on assiste à un changement de cap significatif. Les maisons de parfum se dirigent vers des jus beaucoup plus doux et floraux qui s’inscrivent dans des valeurs traditionnelles et puritaines. C’est également le début des parfums unisexes avec CK One de Calvin Klein qui marquera toute une génération. Le parfum devient pur, propre, minimaliste. Aujourd’hui, tout comme en Europe, l’offre parfumée en Amérique du Nord est extrêmement vaste et convient à tous les profils olfactifs.

Fragrance-free : un parfum d’interdit en Amérique du Nord

Que ce soit au Canada ou aux États-Unis, de plus en plus de villes interdisent aux citoyens de porter du parfum en créant des zones fragrance-free. Certaines salles de spectacles affichent clairement sur leur porte d’entrée leur politique « sans parfum » qui vous interdit de porter toute eau de Cologne ou eau de toilette. On retrouve ces mêmes restrictions dans le réseau de transports publics d’Ottawa qui rappelle à ses usagers : « Faites-en sorte que nos bus restent des espaces scent-free – veuillez ne porter ni parfum fort, ni cologne ». Pour ne pas surcharger l’air ambiant, le parfum est donc prohibé. On a tendance à trouver cela carrément triste… Et vous qu’en pensez-vous ?

Les matières premières emblématiques

Si le parfum d’Amérique du Nord s’inspire largement de son cousin français, il n’en reste pas moins que ces vastes terres abritent des matières premières odorantes très appréciées. Largement employées dans l’univers de la parfumerie moderne, ces ingrédients sont encore pour la plupart cultivés en Amérique du Nord.

Le cèdre de Virginie

Le cèdre de Virginie, ou cèdre rouge, est un conifère originaire des États-Unis que l’on retrouve dans certaines régions de l’Amérique du Nord. En parfumerie on utilise diverses variétés de cèdre. On retrouve notamment le cèdre de Viriginie (juniperus virina) dont l’odeur est puissante mais très douce et raffinée. Les parfumeurs peuvent également avoir recours au cèdre du Texas (juniperus mixacana) cultivé également aux États-Unis, dont le profil olfactif se rapproche du cèdre rouge. Le cèdre possède des notes sèches et résineuses, qui font penser à l’odeur du crayon à papier. Son essence est généralement utilisée dans les fragrances boisées, mais elle peut se marier avec de nombreuses compositions. On retrouve d’ailleurs l’essence de cèdre de Virginie dans l’eau de parfum florale et chyprée ïōdé et de l’essence de cèdre du Texas dans le festif alõ.

Le magnolia grandiflora

Le magnolia est un arbre à grandes fleurs originaire d’Asie mais également d’Amérique du Nord. Il fut décrit pour la première fois en 1703 par le père Plumier qui le découvrit lors d’une expédition en Louisiane. Il lui donna le nom de magnolia en référence au botaniste Pierre Magnol qui dirigeait le jardin des plantes de Montpellier durant cette époque. On retrouve le magnolia grandiflora, le magnolia à grandes fleurs, dans l’Est américain, notamment en Floride. Baigné de lumière, le parfum du magnolia retranscrit des notes fraîches et solaires. Sa senteur florale possède des facettes citronnées et vanillées. On peut extraire une essence de ses fleurs, mais le parfum du magnolia est majoritairement reproduit grâce à la synthèse.

Le thuya du Canada

Le thuya du Canada, ou thuya occidentalis, est également un conifère provenant du Nord-Est de l’Amérique du Nord. On l’appelle également cèdre blanc ou cèdre dans les régions francophones d’Amérique du Nord. Cet arbre de 10 à 20 mètres de haut pousse dans la région des Grands Lacs jusqu’à la baie d’Hudson. Il est très répandu dans toute l’Amérique du Nord et au Canada, et on le retrouve également en Corée. Les feuilles de thuya sont utilisées depuis la nuit des temps pour leurs vertus thérapeutiques contre les rhumatismes et les infections des bronches. En parfumerie, on distille à la vapeur d’eau les feuilles et les rameaux du thuya pour en délivrer une essence. Son odeur est camphrée, herbacée et mentholée. Le thuya apporte un véritable coup de fouet aromatique et pointu à une composition.

Connaissiez-vous l’origine de la parfumerie américaine et ses matières premières iconiques ?


Découvrez les fragrances citées dans cet article

Pack Découverte
Pack Découverte
Testez nos parfums
15€
eau de parfum alõ
alõ
eau de parfum
dès 35€
eau de parfum ïōdé
ïōdé
eau de parfum
dès 35€

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *