L’osmothèque, à la recherche des parfums disparus

l'osmothèque est un lieu insolite qui conserve les formules des fragrances disparues ou oubliées

De l’inspiration du parfumeur jusqu’à la mise en flacon puis la commercialisation, la vie d’un parfum est constituée d’une succession d’étapes et de savoir-faire. Mais que se passe-t-il lorsque lorsqu’une fragrance est retirée du marché ? Que devient sa formule, son flacon ? Est-elle condamnée à tomber dans l’oubli ? Conserver notre patrimoine olfactif et transmettre cet héritage parfumé, c’est la mission d’un lieu insolite : l’Osmothèque.

La disparition d’un parfum

La loi de la rentabilité

Chaque année, de nombreuses fragrances sont contraintes d’abdiquer et leur commercialisation doit être stoppée. Il existe plusieurs raisons qui peuvent justifier de ces disparitions olfactives. La première et la plus commune reste sans doute la raison financière. Un parfum est un produit dont la fabrication est coûteuse, depuis l’approvisionnement en matières premières jusqu’à la conception de la formule par des experts, en passant par la mise en scène publicitaire et le marketing. Dans l’univers impitoyable de la parfumerie grand public, le parfum doit répondre à des standards : ne pas être trop commun, sans être segmentant, ne pas être trop cher à produire, etc. Du coup, si un parfum n’est pas très vite rentable après son lancement, il risque fortement d’être mis au placard.

La pénurie du naturel

Outre l’aspect financier, il arrive que des formules ne peuvent plus être produites à cause de « rupture de stock » de matières premières. Certains ingrédients d’origine naturelle comme le vétiver d’Haïti, le patchouli indonésien, la vanille de Madagascar ou encore la rose de Bulgarie, représentent des composants irremplaçables dans une composition. Mais lorsqu’un tremblement de terre, une forte sècheresse ou des inondations à répétition touchent les pays producteurs, la culture et l’approvisionnement peuvent vite devenir difficile. Au-delà de la raison climatique, une crise politique peut également faire pencher la balance entre pays producteurs et acheteurs. La rareté des essences a alors un impact direct sur le prix de celles-ci. Les sociétés de composition doivent donc opter pour une gestion raisonnée de leur stock. Elles doivent sans cesse anticiper pour éviter l’arrêt total de la production.

L’Osmothèque : le conservatoire du patrimoine olfactif

Un lieu insolite

Mais alors que deviennent ces parfums oubliés ou disparus ? Bon nombre d’entre eux passent leur retraite au chaud dans les rayons de l’Osmothèque. Au début des années 80, la commission de la Société Française des Parfumeurs se fixe pour objectif de recenser, répertorier et classer toutes les fragrances existantes. C’est ainsi qu’est née l’idée de l’Osmothèque. Ce lieu, unique au monde, fait office de grande banque de données olfactives. Elle répertorie les matières premières désormais introuvables comme le musc Tonkin, des formules anciennes et des flacons plus récemment retirés du marché.

Du grec « osmē » qui signifie odeur et « thêkê » que l’on traduit par rangement, l’Osmothèque est une bibliothèque olfactive basée à Versailles. Elle dispose aussi d’une antenne à New York. Elle a été fondée en 1990 à l’initiative de plusieurs grands parfumeurs dont Jean Kerléo et Jean-Claude Ellena. Ce véritable musée est ouvert à tous. Vous y croiseriez des professionnels qui viennent chercher de l’inspiration, des amateurs en quête d’histoire ou de simples curieux.

Une mission capitale

« Un parfum n’existe que s’il est senti » déclarait le fondateur de l’Osmothèque. Le Parfum fait partie intégrante de notre histoire. Il est le témoin de l’évolution de l’Homme à travers les siècles car il existe depuis des millénaires. Depuis l’Égypte ancienne, en passant par le Moyen-Âge jusqu’à aujourd’hui, on peut imaginer le nombre de senteurs qui auraient pu être perdues pour toujours. C’est pour éviter cela que l’Osmothèque s’est donnée pour mission de faire renaître ces fragrances oubliées. Et la tâche ne fut pas si facile ! Il aura fallu mener une vraie bataille pour convaincre les grandes maisons de parfum de partager des formules secrètement conservées jusqu’alors.

Un travail de fourmi

Lors de sa création, les parfumeurs à l’initiative de ce projet ont donc dû faire un tri géant pour recenser toutes les fragrances existantes. Ils ont ensuite rechercher leurs formules et leurs compositions auprès des parfumeurs ou de leurs héritiers. Parfois, il a fallu fouiller dans des écrits anciens pour essayer de reproduire des jus presque antiques à l’identique. Ces documents ultra-secrets sont alors archivés pour être protégés du temps et de l’oubli. Au-delà du recensement, l’Osmothèque reproduit ces parfums disparus pour les faire connaître et sentir par tous.  Elle « refait les parfums disparus avec soin en respectant rigoureusement leur formule d’origine […] L’Osmothèque n’exerce pas une fonction d’interprète mais d’archiviste. »

L’Osmothèque : des trésors olfactifs

Pour devenir le premier conservatoire de parfums au monde, l’Osmothèque peut compter sur des bénévoles, les « osmothécaires ». Ce sont eux qui veillent à préserver et à développer la collection du musée. Aujourd’hui cette collection représente 4000 fragrances, dont 800 parfums disparus qui sont conservés comme de véritables œuvres d’art. Celles-ci sont entreposées dans « la cave ». C’est un lieu à l’abri de la lumière agressive où est diffusé de l’argon, un gaz neutre qui empêche l’oxydation des précieux jus.

On retrouve de vrais trésors olfactifs qui ont marqué l’histoire de la parfumerie mais ne sont plus commercialisés. C’est le cas de Fougère Royale d’Houbigant ou le Chypre de Coty. Mais ce voyage dans le temps et les odeurs nous conduit encore plus loin. Vous pourrez ainsi découvrir la fameuse Eau de la Reine de Hongrie datant du XIVe siècle, le Vinaigre des 4 voleurs des années 1800 ou encore l’Eau de Cologne que Napoléon avait confectionné lui-même lors de son exil à Saint-Hélène. Vous ne pourrez sentir ces fragrances historiques nulle part ailleurs…

Alors si vous êtes curieux et avez envie d’élargir votre culture olfactive, faites donc un tour à l’Osmothèque ! Connaissiez-vous l’existence de ce lieu insolite ?


Découvrez nos fragrances

Pack Découverte
Pack Découverte
Testez nos parfums
15€
Les eaux de parfum
Les eaux de parfum
50ml et 100ml
dès 35€
Les purs parfums
Les purs parfums
50ml
70€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *