Création d’un parfum : de l’idée au flacon

La création d'un parfum est un processus long et délicats dont on vous dévoile tous les secrets

La création d’un parfum est un processus long et délicat. Cela peut prendre des mois voire des années pour aboutir à la fragrance souhaitée. Grâce à nos différents partenaires de confiance et un choix optimal de matières premières, l’inspiration de base se transforme peu à peu. Ce n’est que quelques procédés plus tard que le jus parfumé sera enfin prêt à vous accompagner au quotidien. Découvrez les différentes étapes de la confection de vos parfums depuis le brief olfactif jusqu’au remplissage des bouteilles.

Première étape de la création d’un parfum : l’univers olfactif

Le brief olfactif : les mots au service de l’inspiration

Avant de se lancer dans la création du parfum et l’assemblage des matières premières, une idée fait surface. Il peut s’agir d’une inspiration provenant d’une image, un souvenir ou une personne. Parfois même d’une ambiance parfumée ramenée dans ses valises après un voyage. Dans tous les cas, cette phase créative est intimement mêlée à nos humeurs du moment et à vos retours inspirés qui nous poussent à une longue réflexion. Au commencement se trouve donc une idée plus ou moins précise, que l’on a besoin de matérialiser dans une précieuse fragrance.

Cette inspiration, nous la transmettons à notre parfumeur grassois avec qui nous travaillons depuis plus de 30 ans, sous la forme d’un brief olfactif. Ce document décrit l’univers olfactif dans lequel doit s’inscrire le futur parfum. Si nous savons où nous souhaitons emmener le parfumeur, ces quelques lignes sont forcément abstraites pour ce dernier qui va les confronter à sa propre interprétation. Il s’agit donc pour notre Carrément Belle équipe de choisir les bons mots pour décrire l’histoire du parfum et la personne à qui il est destiné. Mais aussi les notes et les matières premières désirées. Une étape cruciale qui constituera le lien entre tous les partenaires qui interviendront lors de la création de la fragrance. Cet univers peut être imagé à l’aide d’un récit, d’une photo ou même d’une musique : chaque sens entre dans la danse !

Par où commencer ?

Dès lors que le brief est donné et que nous avons longuement discuté de la direction à prendre avec le nez, celui-ci commence à réfléchir à une idée d’assemblage. Il peut partir d’une feuille blanche en composant d’instinct la future formule. Chaque parfumeur dispose d’une bibliothèque olfactive, constituée de formules existantes, de bases déjà élaborées pour créer certains accords. Cette bibliothèque peut lui permettre d’avoir un point de départ. Il y ajoutera ensuite d’autres matières premières pour recréer l’univers olfactif désiré. Enfin, le créateur peut partir d’un parfum déjà existant. C’est le cas par exemple d’ippi patchouli clair, dont la formule originale est celle de notre toute première création ippi patchouli, à laquelle nous avons souhaité ajouter des notes solaires et gourmandes pour célébrer ses 30 ans d’existence.

La fabrication du concentré

Une fois l’univers olfactif déterminé, la seconde étape de la création d’un parfum intervient : la fabrication du concentré. Ce précieux jus désigne la composition que l’on obtient une fois toutes les étapes de préparation achevées : la formulation, la pesée et la macération. Il s’agit d’un élément brut qui subira encore quelques opérations avant d’obtenir le produit final.

La sélection des matières premières

Étape fondamentale lors de la création d’un parfum, la sélection des matières premières est l’une des plus longues. Et pour cause ! Il existe une multitude de matières premières naturelles provenant des quatre coins du monde comme l’essence de bois de gaiac venue du Paraguay, que l’on retrouve dans alõ ou encore l’essence de citron rapportée de Cuba, qui offre une note de tête agrumée et fusante à 555. À cela s’ajoute bien sûr tout autant de matières synthétiques qui sublimeront ces dernières et apporteront de nouvelles notes parfumées à une création.

Ces matières premières s’obtiennent grâce à la chimie pour la synthèse et à différents procédés pour les matériaux d’origine naturelle, que l’on vous détaille ici. Ces éléments de base se présentent sous différentes formes : certaines matières premières sont liquides tandis que d’autres s’utilisent sous forme de pâte, de poudre ou de cristaux. Tous ces matériaux sont stockés et étiquetés selon leurs propriétés. Les liquides comme les huiles essentielles se transvasent dans des cuves en inox, les pâtes plus ou moins cireuses se gardent en chambre froide et les poudres se conservent à température ambiante.

L’art de l’assemblage

Une fois toutes les matières premières sélectionnées, il faut maintenant rédiger une formule, c’est-à-dire la liste de tous les ingrédients avec la quantité de chacun. Ces ingrédients se classent par famille olfactive, par temps d’évaporation ou encore par ordre d’importance. Intervient ensuite l’étape de la pesée de chaque ingrédient avant de les assembler et de les mélanger tous ensemble. Là encore, c’est un procédé qui demande une grande attention. Il faut d’abord mesurer les matières solides (poudres, résines, etc.) pour qu’elles se dissolvent ensuite dans les ingrédients liquides. Aujourd’hui cette étape est majoritairement réalisée de façon automatique grâce à de savants systèmes informatiques.

Mais la main de l’Homme n’est jamais très loin. En effet, certaines matières premières nécessitent une préparation particulière avant de pouvoir les ajouter à la pesée. C’est le cas de certaines pâtes que l’on doit légèrement chauffer avant incorporation.

Une fois le mélange homogène, on obtient le concentré.

Les tests

Pour vérifier que ce premier travail correspond bien à nos attentes, nous sentons le concentré dilué dans de l’éthanol car on ne sent jamais le concentré pur. C’est à ce moment-là que commencent les nombreux allers-retours entre notre atelier et l’usine de notre parfumeur pour faire un premier point. Toutes les matières s’accordent-elles bien ? Doit-on rajouter ou enlever quelque chose ? Est-ce harmonieux ? Cela correspond-t-il à notre inspiration d’origine ? On teste alors les premiers essais sur une touche à sentir, sur notre peau et celles de nos proches qui jouent les curieux cobayes.

En fonction des émotions procurées, nous déciderons alors avec le nez de retravailler la formule. Petite touche par petite touche, en repartant de zéro ou plus souvent de l’essai précédent pour créer une nouvelle pesée. Au fil de ces essais, et en comparant les différentes formules, on établit de façon nette la structure du parfum. Lorsque l’on valide définitivement la formule, le parfumeur recommence pour la dernière fois le processus de pesée. Le concentré final est prêt !

La maturation

Enfin, presque prêt ! Le concentré obtenu lors de la pesée n’est pas tout de suite diluée. Pour que toutes les notes s’allient de façon harmonieuse, le parfumeur procède à l’étape de maturation. Le concentré est ainsi stocké dans de grandes cuves pour y reposer pendant plusieurs semaines. Cette fois, la magie opère toute seule, sans l’intervention de l’homme, pour que les interactions chimiques se fassent entre les ingrédients utilisés. Ce processus a lieu généralement dans une pièce maintenue à 13°C.

La naissance du parfum

Et oui, une fragrance ça se mérite ! Et il reste encore quelques étapes fondamentales dans la création du parfum…

La mise en alcool

Grâce à l’étape de mise en alcool, le concentré se transforme peu à peu en parfum, tel que vous le connaissez. On place le concentré dans une cuve pour le mélanger à de l’alcool éthylique. Cet éthanol est dénaturé à 96°, ce qui le rend impropre à la consommation humaine. En termes de quantité, il est l’ingrédient principal de la composition. Et c’est logique car c’est cette substance qui va distiller le concentré odorant, processus indispensable pour obtenir le parfum, ce qui ne marcherait pas avec de l’eau.

L’éthanol est un liquide neutre, qui ne va en aucun cas altérer l’odeur du concentré. Et s’il est très présent dans les fragrances, ce n’est pas pour autant que nos parfums sentent l’eau de vie ou la vodka ! Au contraire, l’alcool va permettre de sublimer les parfums des matières premières, d’apporter une impression de fraîcheur lors de la vaporisation et d’améliorer considérablement la conservation de votre fragrance.

La proportion de l’alcool mélangée au concentré va varier selon le produit final souhaité. C’est ici qu’entre en jeu la différence entre les eaux de Cologne (EDC), les eaux de toilette (EDT), les eaux de parfum (EDP) et les (purs) parfums. Et pour y voir sentir plus clair on vous explique tout ici. Le concentré se dilue donc dans de l’alcool entre 5 et 30%. Lors de la mise en alcool, on peut également ajouter de l’eau déminéralisée à la composition pour abaisser le degré d’alcool et diminuer le phénomène d’évaporation du parfum lors de l’application.

Les dernières étapes

Le parfumeur peut ensuite procéder à la macération du parfum, c’est-à-dire qu’il le laisse reposer quelques temps. Cette étape permet aux cires résiduelles contenues dans le jus de s’agglomérer. Ces petits agrégats se figent ensuite lors du glaçage. Pendant cette étape, on amène le parfum à une température en dessous des 5°C. Et pour terminer la création du parfum, on va filtrer ce mélange pour éliminer ce dépôt. Le jus est maintenant liquide, clair et limpide : prêt à être mis en flacon et vaporisé !

Remplis à la main (les doigts dans le nez) !

Le jus arrive ensuite dans notre atelier du Sud de la France pour l’ultime étape : son conditionnement. La mise en bouteille du parfum est souvent automatisée, à l’aide de machines indépendantes. Mais pour nous, c’est une étape essentielle qui nous permet un contrôle optimal de la qualité de votre fragrance. Chez Carrément Belle, tous nos parfums sont remplis à la main à l’aide d’un simple entonnoir ou d’une petite remplisseuse semi-automatique dans notre atelier nîmois. Qu’il s’agisse d’une eau de parfum, d’un pur parfum ou même des échantillons que nous remplissons à la seringue ! Un travail de précision assuré par nos petites mains expertes, essentiel pour contrôler une dernière fois le jus avant de sertir le flacon. Vos commandes parfumées sont ensuite expédiées en y apportant tout le soin nécessaire. Parce que chaque détail compte à nos yeux et nos narines !

La mise en flacon et le conditionnement à la main sont pour nous synonymes de l’amour du travail bien fait, que l’on partage avec tous nos partenaires pour toujours vous satisfaire !

Vous savez désormais tout sur les différentes étapes de la création d’un parfum. Pensiez-vous que ce processus était aussi long ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *