La fleur d’oranger, adulée et parfumée

la fleur d'oranger est un ingrédient phare de la parfumerie

La fleur d’oranger est un ingrédient parfumé apprécié de tous, depuis des siècles. Son odeur tantôt fraîche et acidulée, se dévoile aussi suave et sucrée. Elle nous rappelle des souvenirs de pâtisseries d’antan et chatouille notre nez de son parfum à la fois mystérieux et emblématique. Découvrez l’origine de la fleur d’oranger et du bigaradier, l’arbre préféré des parfumeurs !

Les origines de la fleur d’oranger

Petite leçon de botanique : le bigaradier

La fleur d’oranger est la fleur blanche du bigaradier, arbre qui produit l’orange amer. Cousin de l’oranger doux et des citronniers, cet arbre également appelé oranger sauvage, pousse depuis des siècles sur des terres baignées de soleil. On le retrouve sur tout le pourtour méditerranéen, de l’Italie à l’Espagne en passant par le Maroc et la Tunisie. Lorsque les beaux jours arrivent, les branches de l’arbre se parent de fleurs blanches délicates et très odorantes, qui produiront ensuite un petit fruit appelé bigarade. Le bigaradier a une place importante dans le monde du parfum, car il est l’une des seules plantes qui permet d’obtenir différents types d’essences et de produits parfumés. De la fleur à la feuille en passant par les branches et les fruits, chaque partie de l’arbre délivrera une nuance et donc une fragrance particulière.

L’apparition d’une fleur mythique

Originaire d’Inde et de Chine, le bigaradier est aussi appelé oranger de Séville (Citrus aurantium) en référence à son origine arabo-andalouse. En effet, l’engouement pour la fleur d’oranger en Arabie s’étendra dans tout l’empire islamique et à l’Espagne au IXème siècle. Mais ce n’est qu’à partir du XIème siècle qu’elle se répand en Europe où elle s’introduit d’abord en Sicile puis en Provence grâce aux croisés. Dans la mythologie l’oranger symbolise le paradis, l’amour qui dure. Ses fleurs blanches et parfumées évoquent la pureté et son fruit la fertilité. Aujourd’hui, la fleur d’oranger est encore très populaire notamment en aromathérapie. On lui prête de nombreuses vertus, comme sa propriété apaisante et sédative ou encore antidépressive. Ses utilisations sont très variées et elle est unanimement reconnue pour sa faculté à calmer l’anxiété.

La fleur d’oranger : un parfum royal

L’essence d’oranger a connu un grand succès au XVIIème siècle grâce à une certaine Anne-Marie Orsini, épouse de Flavio Orsini, prince de Nerola et duc de Bracciano, qui aurait donné son nom à l’essence de Néroli en hommage à la ville de Nerola près de Rome. Cette diplomate de la cour d’Espagne et contemporaine de Louis XIV parfumait ses gants ainsi que l’eau de son bain avec de l’essence d’oranger.

Le péché mignon du Roi Soleil

Devenue senteur à la mode, la fleur d’oranger se propage dans toute la Cour de France. Elle rivalise alors avec la subtilité du jasmin et prend le pas sur l’ambre et le musc. Saint Simon rapporte dans ses mémoires le goût de Louis XIV pour la fleur d’oranger. En effet, celui-ci passionné par les parfums dès son plus jeune âge, sera victime de fortes migraines. Seule l’odeur douce et apaisante de la fleur d’oranger lui aurait été supportable. On sait d’ailleurs qu’il en agrémentait ses boissons. Mais c’est dans l’inventaire du mobilier royal que l’on trouve la preuve de son attrait, avec l’utilisation de seringues en argent massif qui servaient à l’aspersion du liquide dans les appartements du roi.

Les fragrances hautement concentrées ou composées de fortes doses de musc ou de civette n’étant plus tolérées par le roi, les parfums capiteux seront bannis à Versailles. Ce qui permettra à la fleur d’oranger de s’imposer tant dans les senteurs que dans le décor, depuis l’Orangerie du château jusque dans la Galerie des Glaces, ornée de vasques d’argent massif contenant des oranges amères. À l’époque, l’eau de fleur d’oranger se fabrique à Versailles, dans le cabinet des parfums destinés à la collection d’essences rares des fleurs des jardins de Trianon. C’était là sans doute que les alambics délivraient le précieux parfum à partir des arbustes de l’Orangerie.

L’utilisation de la fleur d’oranger en parfumerie

Le bigaradier et ses dérivés sont des ingrédients majeurs de la parfumerie.

  • Le petitgrain et l’eau de Brout : Les branches et les feuilles du bigaradier peuvent être distillées à la vapeur d’eau. Cela permet d’obtenir l’essence de petitgrain, dont l’odeur est à la fois boisée et tonique. C’est un élément majeur des eaux de Cologne. Il existe également un autre produit, encore peu connu, appelé l’eau de Brout. Il s’agit de l’eau que l’on récupère lors de la distillation du petitgrain. Son parfum est très floral avec de légères facettes animales.
  • L’essence d’orange amère : Elle provient du zeste de l’orange amère, que l’on récolte grâce à la technique de l’expression à froid, en pressant l’écorce du fruit. Sa senteur est très acide, avec un côté amer et pétillant qui rappelle l’odeur de la clémentine. C’est un produit que l’on intègre aussi dans les formules des eaux de Cologne.
  • Le néroli : En parfumerie on utilise également les fleurs du bigaradier, qui délivrent l’essence de néroli, une fois distillées à la vapeur d’eau. Le néroli est une matière très utilisée, notamment dans les fragrances hespéridées. Son parfum est très acidulé au départ, pour devenir suave et floral ensuite. Le néroli est un produit très onéreux (environ 6000 euros le kilo), dont le rendement est très faible. L’eau de fleur d’oranger est un produit que l’on récupère en grande quantité pendant l’hydrodistillation. Il n’est pas utilisable en parfumerie mais sert plutôt à aromatiser nos pâtisseries préférées.
  • L’absolue de fleur d’oranger : Il existe une seconde méthode d’extraction de la fleur d’oranger. Grâce à l’utilisation de solvants volatils, il est possible d’extraire le parfum et la cire de la plante. C’est par ce biais que l’on obtient une concrète que l’on transforme ensuite en absolue de fleur d’oranger. Ce produit est beaucoup plus riche et plus rond que le néroli. On l’utilise généralement en note de cœur des compositions pour son odeur florale. Il s’agit d’un produit de luxe, dont le prix moyen se situe autour des 7000 euros le kilo.

La cueillette de la fleur d’oranger

Les orangers de Grasse et d’Hyères détiennent une grande réputation dès le XVIIème siècle. Aujourd’hui la région conserve encore une production confidentielle mais de très haute qualité. La majorité de la production se situe de nos jours au Maroc et en Tunisie. Les fleurs ou plutôt les boutons regroupés en petits bouquets près des feuilles, se récoltent à la main entre fin avril et début mai. La cueillette intervient à l’aube, quand la fleur est la plus concentrée en composants odorants.

La récolte commence par un geste précis qui consiste à « tourner » les fleurs. Celles-ci doivent être juste assez ouvertes pour les faire tomber dans des filets disposés au sol. C’est un travail méticuleux où chaque geste s’exécute avec la plus grande précision. Cela limite en général la récolte à une dizaine de kilos par personne. Or, il ne faut pas moins d’une tonne de fleurs d’oranger pour obtenir 1 kg d’huile essentielle de néroli ! Il est ensuite impératif de traiter la fleur par distillation ou par extrait aux solvants volatils dans les 24 heures après sa récolte.

Senteur régressive

L’odeur de la fleur d’oranger est une véritable madeleine de Proust olfactive. Elle éveille en nous des souvenirs d’enfance lorsqu’on la goûte ou dès qu’on la respire. Solaire, verte, poudrée mais aussi florale et cireuse, les parfumeurs l’apprécient pour ses notes à la fois sucrées et végétales. Plus sombre et capiteuse que le néroli, l’absolue est moins fraîche. Elle dévoile davantage de notes florales et animales qui la rendent plus complexe et profonde. C’est un ingrédient qui se marie avec presque toutes les familles olfactives. Nos parfums ippi patchouli et alfred kafé possèdent une discrète note de fleur d’oranger dans leur construction olfactive.

Connaissiez-vous toutes les matières parfumées délivrées par le bigaradier ? Êtes-vous accro à cette senteur fraîche et sucrée ?


Découvrez les fragrances citées dans cet article

Pack Découverte
Pack Découverte
Testez nos parfums
15€
eau de parfum ippi patchouli
ippi patchouli
eau de parfum
dès 35€
eau de parfum alfred kafé
alfred kafé
eau de parfum
dès 35€

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *