Le parfum du propre, ça sent quoi ?

le parfum propre évoque des senteurs fraîches et légères, mais comment les parfumeurs parviennent à créer cette sensation olfactive ?

Imaginez l’odeur du linge frais qui sèche au soleil, d’une robe qui ondule sous la brise ou d’une peau fraîchement savonnée. Vous toucherez du bout du nez cette senteur de « propre » tant recherchée ! La tendance du parfum propre a explosé ces dernières années, et de plus en plus de nez tentent de mettre en flacon cette sensation olfactive rassurante. Ces sillages frais et légers nous évoquent de nombreux souvenirs et se portent comme une seconde peau. Mais que se cache-t-il derrière ces flacons aux senteurs de lessive et de savon ?

L’apparition du parfum à l’odeur de propre

Du savon de Marseille…

Généralement, le parfum de propre évoque des réminiscences de linge frais, tout juste lavé. Mais bien avant les lessives que nous connaissons à l’heure actuelle, c’est avec du savon de Marseille que l’on nettoyait les draps et les vêtements. Il apparait au XIIe siècle dans les savonneries de Marseille et de Toulon. Sa fabrication sera réglementée et protégée par l’Édit de Colbert en 1688. Ce produit lavant intègre des matières premières locales, et notamment l’huile d’olive pure de Provence ainsi que le sel et la soude de Camargue. À l’origine donc, le savon de Marseille ne sent rien ou presque ! Mais au fil des années il sera souvent enrichi d’huile essentielle de lavande ou encore de citron. Deux senteurs aromatiques et hespéridées qui s’imprègneront vite dans les mémoires olfactives comme gage de fraîcheur et de propreté, avec un petit côté « vintage » qui rappelle les lavandières d’antan.

… à la lessive moderne

Après la Seconde Guerre mondiale et le boom de consommation des Trentes Glorieuses, la machine à laver s’est popularisée pour prendre place dans la quasi-totalité des foyers. Adieu lavoir et savon de Marseille, bonjour détergent liquide ou en poudre venu tout droit des États-Unis. Les grands industriels jouent d’abord sur les associations olfactives qui rappellent la propreté et la fraîcheur de la nature. Ils vont ainsi utiliser des essences de lavande, de jasmin ou encore de thym pour parfumer leur détergent.

Mais depuis plusieurs années, les lessives s’éloignent de ces senteurs simples, pour des accords beaucoup plus complexes. Cette senteur de propre doit être assez puissante et rémanente sur les vêtements pour prouver à notre inconscient l’efficacité du détergent. Avec l’apparition des molécules de synthèse, les lessiviers utilisent les muscs blancs, des senteurs poudrées, et des notes d’aldéhydes. Ils ajoutent également à leurs formules des ingrédients floraux et fruités. On retrouve aussi des accords boisés et ambrés pour que les odeurs « tiennent » encore mieux sur les textiles. Autant de senteurs qui sont désormais directement associées dans notre mémoire olfactive au parfum de linge propre, aussi bien pour les parfums de peau que pour les parfums d’intérieur.  

L’émergence d’une nouvelle tendance

Le Parfum est souvent le reflet des changements d’une société. Et l’émergence des sillages au parfum de propre en est encore une fois le témoin. Après la puissance des sillages orientaux et bruts des années 80, le contexte politique et économique des nineties en Europe provoque un nouveau besoin de sécurité et de sobriété. Les parfums gourmands séduiront d’abord les nez avec leurs fragrances réconfortantes et chaleureuses. Ensuite, ce sont des envies de fraîcheur et de parfum unisexe qui pointeront le bout de leur nez. Les années 2000 continueront de faire évoluer les compostions dans ce sens. Préoccupations environnementales et tendance healthy pousseront les fragrances vers des odeurs de propre, à la fois neutres et réconfortantes. Les parfums aux notes de linge frais, de coton et de savon ont depuis le vent en poupe.

Le “parfum de propre” : des sillages rassurants et régressifs

Alors pourquoi ces sillages remportent-ils autant de succès ? Parce que toutes ces odeurs de propre sont ancrées dans nos souvenirs ! Elles évoquent à nos mémoires des sensations réconfortantes et apaisantes. Ces fragrances fonctionnent comme un refuge pour calmer les angoisses d’un monde extérieur en plein chamboulement. Au-delà du linge sorti de la machine, le parfum de propre est souvent associé à l’insouciance de l’enfance. Il renvoie au côté rassurant d’un chez soi, d’un cocon. À mi-chemin entre l’eau de Cologne et les fragrances vertes, ce type de parfum est aussi apprécié par les nez saturés de sillages puissants et omniprésents. Vaporiser sur sa peau un parfum à l’odeur de propre, c’est presque comme faire une pause olfactive tout en gardant une odeur fraîche et neutre sur la peau.

Les ingrédients pour créer une odeur de propre

Créer cette sensation olfactive n’est pourtant pas si simple, car elle comporte de multiples facettes. Les dénominateurs communs de ces fragrances restent généralement la fraîcheur et les notes musquées, mais bien d’autres ingrédients peuvent contribuer à “rendre un parfum propre”.

Le musc blanc 

Les notes musquées sont en réalité des molécules de synthèse, que l’on appelle communément les muscs blancs, par opposition au musc animal. Elles parviennent à recréer une sensation olfactive de peau. C’est une odeur à la fois neutre, sensuelle et fraîche. Ces nuances sont moelleuses, fleuries et cotonneuses. Ce sont elles qui forment généralement la base d’une composition à l’odeur de propre.

Les notes poudrées 

Avec l’iris et la violette, les parfums aux senteurs propres se parent de nuances poudrées qui rappellent l’odeur du coton. Ces matières premières délivrent également des notes florales qui évoquent la fraîcheur du linge qui sèche à l’air libre. Elles permettent d’apporter un aspect élégant et raffiné aux formules. On retrouve ces notes sensuelles et enveloppantes dans musc originel, notre fragrance sauvage et intime.

Les aldéhydes

Il s’agit d’une famille de molécules synthétiques dont certaines existent toutefois à l’état naturel dans le zeste des agrumes. Elles délivrent une odeur assez reconnaissable, avec un côté métallique (on parle souvent de « fer chaud » pour les qualifier). On retrouve aussi dans les aldéhydes un aspect fusant, savonneux et orangé.

La fleur d’oranger

C’est une véritable madeleine de Proust olfactive ! Son odeur est très facettée avec des notes florales, cireuses et poudrées. Souvent utilisée dans ces fragrances aux odeurs propres, la fleur d’oranger se fait fraîche et régressive tout en délivrant des nuances végétales. C’est un ingrédient de prédilection des parfumeurs en quête de fraîcheur.

Les notes marines

En parfumerie la propreté est souvent synonyme de fraîcheur. Celle-ci peut aussi être amenée par des notes marines qui offrent une impression d’humidité et de légèreté. Les nez peuvent ainsi ajouter aux compositions des fruits d’eau tel que le melon, que vous retrouverez dans l’eau de parfum musc, ou encore des plantes aquatiques comme le lotus, dont la fraîcheur enveloppe enkor, notre fragrance vitaminée.

Les parfumeurs jouent aussi avec les agrumes pour le côté fusant et les notes boisées et ambrées qui rappellent les eaux de Cologne et leur effet fraîcheur.

Aimez-vous les parfums à l’odeur de propre ?


Découvrez les fragrances citées dans cet article

Pack Découverte
Pack Découverte
Testez nos parfums
15€
eau de parfum musc originel
musc originel
eau de parfum
55€
eau de parfum enkor
enkor
eau de parfum
dès 35€
eau de parfum musc
musc
eau de parfum
dès 35€

 

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *