Parfum & tabac : des notes de caractère

le parfum du tabac est riche d'une multitude de facettes, entre notes aromatiques, fumées et cireuses. C'est un ingrédient très intéressant pour la parfumerie

Aujourd’hui nous partons à la découverte d’un ingrédient contrasté, à la réputation sulfureuse : le tabac. Si son nom ne nous évoque rien de bon au premier coup de nez, il s’agit pourtant d’une note très intéressante pour les parfumeurs. Souvent utilisé dans les fragrances masculines, le parfum du tabac envoûte les compositions. Bien loin du cendrier froid pas très inspirant, humez les arômes doux et cireux de cette note pleine de caractère. 

Petite histoire du tabac

Une plante enivrante

Avant de servir à la fabrication des cigarettes ou des cigares, le tabac trouve d’abord sa source dans la nature. Originaire d’Amérique du Sud, le Nicotinia est un genre de plante dont le tabac est la variété la plus représentative. Cette dernière se compose d’une longue tige fibreuse qui peut atteindre jusqu’à 1,5 mètre de haut. Elle porte de jolies fleurs blanches, jaunes ou rosées ainsi que de grandes feuilles pointues et velues. Ce sont elles qui intéressent les cueilleurs. Ils les récoltent feuille par feuille 3 mois après avoir planté le tabac. Celles-ci sont ensuite suspendues à une corde pour les faire sécher. Elles passent alors d’un couleur vert pâle à un brun plus ou moins foncé, que l’on appelle havane. Le séchage peut prendre entre 4 et 10 semaines selon les variétés et le résultat souhaité. Ces feuilles serviront ensuite à fabriquer des cigarettes notamment.

De sa découverte jusqu’à l’industrie

Le tabac n’est pas connu des européens dans l’Antiquité. Pourtant déjà en ces temps-là, les Hommes font brûler des végétaux pour créer de la fumée qui permet de soigner ou de communiquer avec les divinités. Le premier contact des européens avec le tabac aura lieu en 1492 lorsque Christophe Colomb accoste en Amérique. Il y voit pour la première fois des Indiens qui fument une plante alors appelée « petum ». Ces derniers la considèrent comme une plante précieuse, voire magique. L’explorateur mentionne dans ses écrits plusieurs façons de « consommer » cette plante. Certains la brûlent avec des morceaux de charbon pour en inhaler la fumée. D’autres remplissent des bâtons creusés avec des feuilles hachées pour la fumer. Il en voit encore qui la chiquent ou qui la respirent sous forme de poudre de feuilles séchées.

C’est en 1520 que les premières graines de tabac sont importées en Europe. On le cultivera au Portugal quelques années plus tard pour l’utiliser à des fins thérapeutiques. L’ambassadeur français au Portugal Jean Nicot fera livrer des feuilles séchées à Catherine De Médicis pour soulager ses migraines. Très vite, la mode de cette nouvelle « herbe de la Reine » gagne toute la Cour. Certains voient le tabac comme une plante vouée à la sorcellerie, mais cela n’empêche en rien sa popularisation. Cet engouement se propage en Europe mais aussi dans le reste du monde. Dès la fin du XVIème siècle, le tabac est connu de tous ou presque. Les toutes premières cigarettes seront fabriquées dans les années 1850. Le tabagisme se propagera ensuite beaucoup plus massivement après la Seconde Guerre Mondiale pour « conquérir » toutes les classes sociales.

Le parfum du tabac

Comment obtenir des notes tabacées ?

L’utilisation du tabac en parfumerie est assez récente et s’est encore plus développée avec l’essor de la parfumerie de niche. Pour ajouter des notes tabacées à une formule, les parfumeurs ont plusieurs options. La première consiste à extraire des feuilles de tabac aux solvants volatils. Ce procédé permet d’obtenir une absolue de tabac de couleur très foncée, à l’odeur assez riche et très aromatique. Cette matière peut être délivrée en associant plusieurs variétés de tabac pour accentuer la complexité aromatique du parfum. À cause de la présence de nicotine, l’emploi de cette absolue est réglementé et donc assez limité. Le nez choisit alors souvent de recréer le parfum du tabac à l’aide d’autres matières premières naturelles. C’est à ce moment-là que la coumarine intervient. Ce composé odorant est naturellement très présent dans la fève tonka, mais aussi dans la sauge ou encore dans la lavande. Cette substance organique évoque une odeur de paille séchée et de tabac. Enfin, les notes tabacées peuvent aussi être reproduites grâce à la synthèse directement en laboratoire.

Le profil parfumé du tabac

Le parfum du tabac a gagné le cœur des nez depuis ces dernières années. En effet, cet ingrédient si particulier présente une identité olfactive assez singulière. Dans les premiers temps, les notes tabacées sont chaudes et assez douces. Elles diffusent peu à peu des effluves plus sucrés, dans lesquels on distingue des nuances de miel, de caramel ou même de cire. En parallèle, le parfum du tabac est également très aromatique, avec des tonalités végétales, sèches et résineuses. Sa senteur émane aussi subtilement des notes de cuir, presque animales. Les notes tabacées apportent aux fragrances une facette épicée inédite, entre la douceur et l’amertume.

Les associations olfactives du tabac

Grâce à son profil multi-facettes, le parfum du tabac s’accorde à merveille avec une multitude de notes et de familles olfactives. Il embaume les orientaux de son odeur chaleureuse et ajoute une dimension encore plus profonde aux boisés. On l’utilise en note de fond pour diffuser un sillage durable, ou en note de cœur pour enrichir la fragrance de ses arômes. Le parfum du tabac s’intègre aussi parfaitement aux accords fougères et aux formules chyprées. Les notes tabacées sont régulièrement assimilées à la parfumerie masculine grâce à leur force de caractère. Synonyme d’élégance et de mystère, le tabac se fait toutefois une place de plus en plus importante dans les compositions féminines. Il chatouillera alors des notes fleuries… Ou rencontrera avec gourmandise d’autres épices et même des fruits. En bref, le parfum du tabac est à la fois moderne, sensuel et raffiné.

Nos parfums aux notes de tabac

Dans notre Collection de senteurs, le parfum du tabac a toute sa place ! Il s’est d’ailleurs invité dans certaines de nos créations…

vanille est un parfum gourmand aux notes orientales et épicées

Vanille tendre et épicée

Vanille a succombé aux charmes mystérieux du tabac. Cette eau de parfum gourmande à souhait dévoile une note de tête vanillée qui s’enrobe ensuite d’un cœur coulant d’amandes caramélisées. Pour apporter plus de profondeur et de relief à cette senteur, nous lui avons insufflé des nuances chaleureuses d’épices poudrées et de notes tabacées. Ici, le parfum cireux et chaleureux du tabac s’invite grâce à la présence de la coumarine. Alliée à l’orchidée et à l’héliotrope, vanille enveloppera votre peau d’un sillage délicieusement sensuel !

l'eau de parfum alfred kafé met en avant le café et la lavande

La balade d’alfred kafé

La plus masculine de nos fragrances a elle aussi décidé de s’aventurer du côté des notes tabacées. L’eau de parfum alfred kafé évoque un contraste singulier de lavande et de café. Ici, le parfum du tabac dévoile à la fois toutes ses nuances aromatiques pour accompagner une note de cœur verte et lavandée. Il diffuse aussi ses arômes puissants et chaleureux dans la durée, en se mélangeant à des nuances boisées et balsamiques. Un programme parfumé à ne pas manquer !

Aimez-vous le parfum du tabac dans les fragrances ?


Découvrez les fragrances mentionnées dans cet article

Pack Découverte
Pack Découverte
Testez nos parfums
15€
eau de parfum vanille
vanille
eau de parfum
dès 35€
eau de parfum alfred kafé
alfred kafé
eau de parfum
dès 35€

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *