Parfum & molécules de synthèse – Acte II

le parfum peut être composé de diverses molécules de synthèse. On vous parle aujourd'hui de ces composés chimiques odorants créés en laboratoire

Il y a quelques mois nous vous proposions un article sur les différentes molécules parfumées les plus utilisées dans les fragrances. Des ionones à l’odeur de violette, en passant par la gourmande vanilline ou encore la calone à la senteur marine… Les molécules de synthèse du parfum n’ont presque plus de secret pour vous ! Alors maintenant que vous êtes des nez aguerris, passons en revue de nouveaux composés olfactifs moins communs… mais tout aussi intéressants et odorants !

La création d’une molécule de synthèse pour le parfum

Parfum et synthèse : une réelle opportunité

Encore malheureusement trop souvent décriées, les molécules de synthèse parfumées sont pourtant une véritable aubaine pour l’industrie des fragrances. Elles permettent de préserver certaines espèces protégées, de démocratiser des odeurs en voie de disparition mais aussi de recréer des senteurs impossibles à capturer naturellement. Depuis plusieurs décennies, ces dernières représentent une très grande majorité des substances employées dans vos parfums en raison de leurs nombreux avantages du point de vue économique et écologie. Si vous voulez en savoir plus sur les bienfaits de la synthèse, rendez-vous ici.

La synthétisation d’une molécule

Vous l’avez compris, l’objectif de la synthèse est de reproduire le plus fidèlement possible une odeur naturelle. Ce processus est assez complexe et nécessite plusieurs étapes.

Portrait-robot d’une molécule parfumée

Une odeur c’est le résultat de plusieurs molécules qui s’imbriquent les unes avec les autres. Dans un premier temps, le chimiste va donc analyser et décortiquer la senteur naturelle d’un ingrédient pour identifier les différentes molécules odoriférantes qu’elle renferme. Cela passe par différentes méthodes de séparation et d’identification. Cette étape cruciale permet d’isoler les fameuses molécules, pour en dresser une sorte de portrait-robot chimique. Pour réaliser cette première phase, le parfumeur peut avoir recours au fractionnement. Ce procédé va séparer un liquide en plusieurs fractions, qui auront chacune des propriétés différentes. Les essences sont ainsi « purifiées » en plusieurs fractions successives que l’on pourra étudier.

On peut également utiliser la technique plus moderne du head space, inventée en 1975. Grâce à une sorte de bulle en verre dans laquelle l’ingrédient naturel est placé, il est possible de capturer son odeur pour ensuite l’analyser.

Mimétisme olfactif

Les molécules ainsi isolées donnent au chimiste une quantité d’informations très importantes. À partir d’elles, il pourra reproduire les molécules directement dans son laboratoire. C’est le procédé de la synthèse chimique. On parle également de chimie organique. Il peut ainsi recréer un composé « de toutes pièces » à partir d’une ou plusieurs réactions chimiques. C’est ce que l’on appelle la synthèse totale. La seconde option est celle de l’hémisynthèse. Ici, le chimiste se base sur une molécule d’origine naturelle dont il va légèrement modifier le « squelette » pour lui ajouter des propriétés odorantes.

Parfum et molécules de synthèse : les composés

l'amande est une matière première naturelle qui ne peut pas être extraite en parfumerie mais son odeur douce et gourmande est reproduite grâce à la synthèse

Amande amère et artificielle – Du nitrobenzène au benzaldéhyde

Dès les années 1800, des parfumeurs emploient pour la toute première fois une matière synthétique qui n’existe absolument pas dans la nature. Son nom : le nitrobenzène. Fabriquée industriellement en 1834, cette huile à la couleur jaune clair dévoile une odeur qui rappelle beaucoup celle de l’amande amère. Pour la rendre un peu plus « sexy », on lui donne l’appellation plus vendeuse d’essence de mirbane. Grâce à sa très bonne stabilité, elle sera employée durant quelques années dans les parfums et les savons. Malgré la prouesse technique, cette matière se révélera irritante pour la peau et se verra rapidement retirée du marché. Trente ans plus tard, les chimistes parviendront à reproduire de façon synthétique la molécule du benzaldéhyde, présente naturellement dans l’amande. Son odeur parfumera notamment les colles blanches dont on raffolait enfant, mais aussi des produits cosmétiques et parfumés.

Dans le parfumerie, le cuir a une odeur caractéristique de bois brulée, de tabac et de fumée

IBQ : cuir de laboratoire

Quelques années après, la chimie organique commence sérieusement à se développer. On créé ainsi en 1880 une molécule de synthèse au parfum inédit : du cuir aux notes de terre et de tabac. Ce composé totalement inexistant de la nature est mis au point grâce à un procédé très innovant pour l’époque. C’est la naissance de l’isobutyl quinoléine, plus communément appellé IBQ. Intégrée dans des bases prêtes à l’emploi ou utilisée seule, cette molécule de synthèse dégage un parfum extraordinaire au fort caractère ! Elle se retrouvera quelques années plus tard dans des chefs d’œuvre de la parfumerie française, notamment le fameux Bandit de Piguet, créé par Germaine Cellier.

Le jasmin existe sous 2 variétés qui sont chacune utilisées en parfumerie, on retrouve ses notes dans notre parfum floral label rose

L’hédione, le jasmin pour tous

En raison du coût élevé de l’absolue de jasmin, les parfumeurs ont essayé de « disséquer » les composants de cette fleur précieuse pour reproduire synthétiquement son odeur. On comptabilise environ 250 composants odorants dans l’absolue de jasmin, mais une molécule en particulier a sublimé la parfumerie. L’hédione, qui signifie plaisir en grec, a ainsi été synthétisé puis breveté en 1962. D’abord très onéreux, il s’est peu à peu démocratisé pour être utilisé dans de nombreuses fragrances. Cette molécule apporte un vrai vent de fraîcheur fleuri à une composition. On la retrouve en très grande quantité dans les parfums pour enfants et dans les eaux fraîches. Son parfum doux, mais relativement tenace, sert d’exhausteur de senteur.

Le muguet : muettes clochettes

Bien souvent utilisée en parfumerie fine, la note de muguet est appréciée depuis longtemps par les nez. Toutefois, c’est un ingrédient particulièrement difficile à exploiter puisque ni ses fleurs ni ses tiges ne permettent d’obtenir une essence. Pourtant, la belle fleur de mai contient un mélange impressionnant de molécules odorantes naturelles. Tout le travail du chimiste sera donc de reproduire ses diverses facettes pour créer un muguet artificiel. La première molécule de synthèse au parfum de muguet verra ainsi le jour en 1905 avec l’hydroxycitronellal. Elle fleurit dans de nombreux produits cosmétiques et habille quantité de fragrances de ses nuances printanières. En 2013, l’IFRA réduira considérablement son usage dans les fragrances à cause de potentiels problèmes d’irritation cutanée.

Un autre muguet de synthèse sera mis au point en 1946. Plus puissant et plus facile à produire, le lilial est aujourd’hui la molécule à l’odeur de muguet la plus vendue au monde. L’IFRA émettra à nouveau une recommandation de limitation de cette matière en 2015. Depuis, les chimistes ont travaillé sur l’élaboration d’une molécule qui combine la puissance odorante et la stabilité, tout en lui ôtant ses propriétés allergisantes. C’est ainsi que le Nympheal est né en 2014.  

La rose existe sous 2 variétés : la centifolia et la damascena. Elle est un ingrédient indispensable du parfumeur

Damscones, mon amie la rose

Grâce aux avancées techniques sur le procédé d’isolation des molécules d’un ingrédient naturel, des parfumeurs vont pouvoir identifier des composés très intéressants dans la structure de la rose Damascena. L’essence de cette fleur venue de Bulgarie au parfum vert, citronné et élégant existe sous forme naturelle. Mais en 1970, Édouard Demole parvient à isoler un composé très peu présent dans la rose, mais au pouvoir odorant surpuissant, qui dévoile des accents de pomme. Il appellera cette nouvelle famille de molécules de synthèse les damascones. Celles-ci sont souvent utilisées avec de l’essence de rose naturelle pour accentuer ses facettes fruitées.

Grâce à ce tour d’horizon olfactif, vous êtes maintenant prêt à enfiler votre blouse pour devenir un apprenti-chimiste-parfumeur !

Connaissiez-vous ces molécules de synthèse parfumées ?


Découvrez nos fragrances

Pack Découverte
Pack Découverte
Testez nos parfums
15€
les eaux de parfum
Les eaux de parfum
50ml et 100ml
dès 35€
Les purs parfums
Les purs parfums
50ml
70€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *